AC Environnement adhère à la CDI-FNAIM

Posté le 15/06/2020

Le groupe AC Environnement intègre la CDI-FNAIM

 

Pour la première fois, Le groupe AC Environnement a décidé d’adhérer à un organisme interprofessionnel. Il a choisi la CDI-FNAIM pour sa capacité à fédérer et à peser sur l’avenir de la profession, rejoignant ainsi de nombreuses autres entreprises de toute taille, bien résolues à faire avancer la filière.

 

En rejoignant la Chambre des Diagnostiqueurs Immobiliers de la FNAIM (CDI FNAIM), Le groupe AC Environnement affirme ainsi sa volonté de contribuer aux évolutions réglementaires de toute la filière et ainsi d’appuyer l’action du 1er syndicat en Europe des professionnels de l’immobilier. « L’adhésion à la CDI-FNAIM est une démarche très importante, notamment après la crise inédite que nous venons de traverser. Cette crise a en effet démontré l’importance capitale des métiers du diagnostic immobilier et de l’amiante dans la reprise économique des secteurs clés du BTP et de l’immobilier. Elle a aussi placé au cœur des préoccupations de tous, la santé et la sécurité au travail comme dans le logement notamment. Or ce sont deux défis pour lesquels entreprise de diagnostic immobilier exercent une responsabilité majeure dans l’aide à la prise des bonnes décisions. Maintenant que cette prise de conscience a eu lieu, il est temps d’assumer sans complexe et dans un esprit d’unité ce rôle pour anticiper l’avenir du métier du diagnostic », indique Denis MORA, Président du groupe AC Environnement.

Qu’est-ce que la CDI-FNAIM ?

Depuis sa création en 2007 et avec plus de 1600 diagnostiqueurs immobiliers adhérents, la CDI-FNAIM a pour ambition de réunir  et de mobiliser toute la filière du diagnostic immobilier et du repérage amiante. Au-delà des bénéfices des victoires en matière de lobbying, la CDI-FNAIM entend affirmer sa visibilité et sa notoriété au niveau local et national. « Nous sommes fiers d’accueillir à la CDI-FNAIM le groupe AC Environnement. Nous représentons ainsi l’essentiel des entreprises affiliées à un organisme professionnel. De grands acteurs nationaux du diagnostic nous ont rejoints, l’attractivité de la CDI-FNAIM devenant de facto encore plus forte » a commenté Thierry MARCHAND, Président de la CDI-FNAIM, expert et entrepreneur du diagnostic immobilier lui-même. Il a ajouté : « Nous traversons des jours et des heures absolument déterminants pour nos métiers, la cohésion de nos entreprises et l’émergence d’une véritable filière professionnelle est indispensable. En tant que leader du diagnostic immobilier, AC Environnement a évidemment sa place dans notre syndicat dont l’action est, notamment, d’accompagner les évolutions de notre métier. Je souhaite le meilleur épanouissement possible à tous ces talents !».

AC Environnement à la CDI-FNAIM, pour faire quoi ?

Cette adhésion est la suite logique du mouvement d’union sacrée initié par la profession pendant la crise brutale du Covid-19. Les entreprises de filière du diagnostic immobilier ont su dépasser leurs divergences pour promouvoir l’intérêt général d’un métier au service de filières indispensables : le logement, l’immobilier, le BTP. Ce dynamisme doit être entretenu et même accentué. C’est dans cet esprit collectif et avec la certitude que le métier sera mieux écouté et mieux compris en étant uni sur l’essentiel et l’avenir de la profession, en pleine métamorphose, que AC Environnement a choisi d’adhérer à la CDI-FNAIM. 

Pivot de la politique du Gouvernement, la filière du diagnostic immobilier et du repérage amiante est l’acteur économique incontournable des secteurs de la construction, de l’immobilier, de l’artisanat du bâtiment mais également le partenaire santé clé des écoles, des collectivités publiques et d’une manière générale, de l’ensemble des concitoyens. « Le métier du diagnostic immobilier se transforme grâce au numérique et au BIM pour répondre mieux encore aux attentes des acteurs de l’immobilier, du BTP, du logement. L’enjeu de demain, c’est de réaliser, de livrer et de partager de plus en plus de données sur le bâti, son état, ses polluants, sa qualité de l’air, ses performances énergétiques, sa valeur… Avec toujours plus de fiabilité, plus d’accessibilité, plus de capacité à capitaliser sur ces informations stratégiques au profit d’une meilleure appréhension du cycle de vie des bâtiments, de l’optimisation énergétique, de la lutte contre le réchauffement climatique… Au fond, notre mission à tous est de rendre le bâti intelligible pour plus d’intelligence dans le bâtiment et dans la ville. Pour se préparer et agir efficacement pour cet avenir-là, il faut fédérer l’ensemble de notre profession et sensibiliser tous les acteurs institutionnels et réglementaires sur notre capacité à agir positivement sur ces défis collectifs », poursuit Denis MORA.

Inventer le métier de demain, AC Environnement y travaille tous les jours. Mais AC Environnement a nécessairement besoin de confronter ses idées, sa vision et ses solutions avec celles des autres acteurs de la filière pour avancer plus rapidement et porter des propositions d’actions nouvelles pour le futur aux instances gouvernementales et réglementaires. Et continuer ainsi la révolution de la donnée et du numérique dans le bâtiment, accélérer la transition vers un bâtiment moins énergivore, dépollué et plus sain, notamment dans les bâtis déjà existants.